Offre de stage post-doctoral | Projet « La « mise en données » de la société »

OFFRE DE STAGE POST-DOCTORAL

Projet « La « mise en données » de la société : enjeux sociopolitiques de la production et de l’usage de jeux de données publiques et privées »

Entrée en fonction souhaitée : septembre 2020

Durée : 12 à 18 mois

Nous sommes à la recherche d’un ou une candidate pour réaliser un stage postdoctoral dans le cadre du projet de recherche « La ‘mise en données’ de la société : enjeux sociopolitiques de la production et de l’usage de jeux de données publiques et privées ». Le projet de recherche est financé par le Conseil de recherche en sciences humaines et sociales du Canada (CRSH) pour une durée de trois ans.


Description du projet de recherche : 

L’essor des technologies du numérique s’accompagne d’un nombre toujours plus important de données en circulation, qui sont produites autant par les individus que les entreprises, les institutions et les dispositifs techniques. Associées à la numérisation, au big data et à l’ubiquité des réseaux socionumériques, les « data » occupent désormais une place prédominante dans toutes les sphères de la vie sociale. Elles seraient à l’origine de changements de fond qui contribueraient à la mise en place d’un « monde de données » à travers un processus dit de « datafication » de la société.

Ce projet porte sur le phénomène de la « datafication » ou « mise en données » de la société appréhendé du point de vue des enjeux sociopolitiques qu’il soulève. Nous proposons d’étudier trois contextes distincts de production et d’utilisation de données publiques et privées, correspondant à des secteurs clés de l’activité sociale : 

  • un projet municipal d’ouverture de données publiques dans une logique de données ouvertes (open data), 
  • une initiative de partage collaboratif de données personnelles en santé (e-health data), 
  • et une initiative de production et de traitement de données liée à un projet militant (counter data).

Chacune de ces initiatives soulève des enjeux spécifiques en lien avec les publics auxquels elles s’adressent (résidents d’une municipalité, usagers de services de santé, citoyens), à commencer par le défi de rejoindre ces publics et de susciter des usages pour les données publiées. Nous proposons d’étudier les « publics de données » qui sont anticipés (ou « imaginés ») dans ces différents contextes pour les confronter avec les publics effectifs (réels).

Il s’agit d’examiner d’un côté, comment des publics sont « imaginés » par des producteurs de données et/ou de concepteurs de services autour de ces données, et à travers eux, comment des problèmes (sociaux, politiques ou autres) sont formulés et traduits dans des stratégies d’ouverture et de publication de données, et de l’autre, comment ces problèmes se trouvent reformulés, ignorés (par exemple en cas d’absence de public et de non-usage des données), ou éventuellement réappropriés par des individus et des groupes sociaux.

Plus précisément, ce projet vise les trois objectifs spécifiques suivants: 

  1. Décrire et analyser les publics qui sont visés par les stratégies de publication, production ou réutilisation de données, au sein de différents contextes. 

Nous faisons l’hypothèse que les données produites trouvent rarement leur public, notamment dans le cas des données publiques, parce qu’elles répondent d’abord à un impératif d’ouverture qui les inscrit dans une logique de l’offre plutôt que de la demande. 

  • Analyser et rendre compte de la manière dont ces publics sont (re)définis en pratique, voire ignorés ou contestés, notamment au moment de l’utilisation ou réutilisation des données.

Nous faisons l’hypothèse que les données sont imprégnées d’intérêts et de biais (sociaux, politiques économiques ou autres) qui préfigurent des publics et des types d’usages et qui en excluent d’autres, suscitant à la fois des formes d’appropriation et de contestation.

  • Saisir les mises en forme du social que l’on peut observer dans ces processus de mise en données et en cerner les enjeux sociopolitiques.

Nous faisons l’hypothèse que les données constituent de nouveaux dispositifs de production de la société où s’articulent des représentations de l’activité sociale. En l’occurrence, nous pensons que les données seraient amenées à jouer un rôle inédit d’instances médiatrices entre les citoyens, les organisations et les institutions.


Rôle du postdoctorant ou de la postdoctorante :

Le ou la candidate contribuera activement au projet de recherche « La ‘mise en données’ de la société » en s’impliquant dans l’équipe de recherche. 

Il ou elle participera à :

  • la réflexion théorique sur les aspects sociotechniques et les enjeux sociopolitiques de la mise en donnée de la société,
  • la réalisation des enquêtes de terrain,
  • le déploiement de méthodes de recherche notamment en contexte numérique,
  • l’organisation d’un séminaire sur le thème de la mise en données de la société,
  • la coordination des activités de l’équipe de recherche, incluant les réunions de travail et activités scientifiques,
  • la communication et la publication des résultats de recherche (colloques, conférences et publications évaluées par les pairs).


Profil du candidat ou de la candidate:

Doctorat complété dans un domaine pertinent (communication; sociologie; science, technologie et société (STS) ou autre discipline connexe).

Expérience de recherches empiriques impliquant la conduite d’enquête de terrain.

Expérience de publication (évaluées par les pairs).

Aptitudes au travail en équipe.

Excellente maitrise du français écrit et parlé.

Bonne maitrise de l’anglais écrit et parlé.


Équipe d’accueil et encadrement :

Le ou la candidate sera intégré(e) à l’équipe de recherche du projet composée de Florence Millerand, professeure titulaire à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Mélanie Millette et Alexandre Coutant, professeurs agrégés à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Guillaume Latzko-Toth, professeur titulaire à l’Université Laval, et de plusieurs étudiants et étudiantes de maitrise et de doctorat. Il ou elle sera supervisé(e) par Florence Millerand, directrice du projet, et cosupervisé(e) par un chercheur ou une chercheure de l’équipe. 

Il ou elle sera basé(e) à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et amené(e) à se rendre ponctuellement à l’Université Laval à Québec (les frais de transport sont pris en charge). Les conditions d’accueil incluent la mise à disposition d’un espace de travail, d’un ordinateur, d’une adresse de courrier électronique et l’accès aux ressources documentaires. 


Soutien financier :

Montant forfaitaire de 30 000$ CADpour 12 mois, avec possibilité de renouvellement de 6 mois pour un total de 45 000$.

Ce montant est cumulable avec d’autres sources de financement complémentaires.

Les frais liés à la participation à une manifestation scientifique internationale (colloque) sont pris en charge.


Présentation d’une candidature :

Les candidats et candidates intéressé(e)s doivent faire parvenir un dossier complet sous la forme d’un document unique au format PDF de préférence, incluant les éléments suivants :

Une lettre de motivation décrivant votre intérêt pour le stage postdoctoral, l’adéquation de vos compétences par rapport au profil recherché ainsi qu’une problématique de recherche que vous seriez intéressé(e) à développer en lien avec le projet « La « mise en données » de la société »)

Les coordonnées de deux répondants en précisant vos liens avec eux.

Un CV, incluant la liste de vos publications et communications.

Un texte de votre choix parmi vos écrits (ex : un article publié, chapitre de thèse ou texte de communication).

Les dossiers de candidature doivent être envoyés aux deux adresses courriel suivantes: millerand.florence@uqam.ca et lariviere-jeannotte.cloe@courrier.uqam.ca 

La date limite d’envoi des dossiers est fixée au 31 décembre 2019. Notez que les candidatures seront évaluées à partir du 15 octobre 2019 jusqu’à ce que le poste soit comblé. L’envoi des dossiers avant la date limite est fortement encouragé.


L’entrée en fonction souhaitée est le 1er septembre 2020.

Pour plus de renseignements sur le projet de recherche ou le stage postdoctoral, les candidats  et candidates sont invité(e)s à contacter la directrice du projet : FlorenceMillerand, millerand.florence@uqam.ca



Photo : Free photos | Pixabay.

Ce contenu a été mis à jour le 13 septembre 2019 à 20 h 50 min.

Commentaires

Laisser un commentaire