Transformations du travail scientifique : apports des amateurs et des technologies

Ce projet de recherche vise l’étude des reconfigurations du travail scientifique dans le contexte de la participation d’ « amateurs » à la production des connaissances et de l’usage croissant des technologies d’information et de communication (bases de données et plateformes collaboratives). Ces technologies fournissent de nouveaux lieux d’échange et facilitent les pratiques de travail autour des données (leur agrégation et réutilisation). Ensemble, ces phénomènes sont en voie de redéfinir la division du travail scientifique. Le projet explore ces transformations à toutes les  étapes  de la « chaine » des connaissances :  de la production, à leur circulation jusqu’à leur diffusion. La recherche est ancrée empiriquement au Centre sur la biodiversité de l’Université de Montréal qui abrite le réseau pancanadien Canadensys, un réseau de bases de données sur la biodiversité. Le projet est dirigé par Lorna Heaton, professeure au Département de communication à l’Université de Montréal (subvention CRSH Savoir 2013-2016). Florence Millerand et Serge Proulx y participent à titre de cochercheurs, Patricia Dias Da Silva à titre de postdoctorante, Mirjam Fines-Neuschild et Rémi Toupin à titre d’assistants de recherche.

Contenu lié

Ce contenu a été mis à jour le 11 juin 2019 à 0 h 31 min.